Jean-Charles Kohlhaas saisit le CSA

Il n’a pas la place qu’il mérite dans les médias. Tête de liste Le Rassemblement, Jean-Charles Kohlhaas saisi le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) pour faire respecter son temps de parole.

Des adversaires qui profitent de la trêve

Alors que la campagne pour les régionales a repris progressivement après les 3 jours de deuil national,  Jean Charles Kohlhaas dénonce. Plusieurs de ses adversaires politiques ont profité de cette trêve pour s’exprimer sur les évènements.

"En effet, chaque jour de la semaine du 16 au 20 novembre nous avons pu observer Laurent Wauquiez, candidat tête de liste régionales de les Républicains, et Brice Hortefeux, tête de liste de Les Républicains dans le Puy de Dôme, profiter d'un temps d'antenne nationale."

Et voilà donc un temps de parole qu’il ne juge pas respecté alors que le premier tour est dans moins de 15 jours.  Jean-Charles Kohlhaas a donc averti de CSA de ce déséquilibre.

Jean-Charles Kohlhaas répond à Marie Leynaud (RCF Lyon).

 

Comment le CSA traite-t-il le temps de parole des candidats?

  • C’est le CSA qui édicte les règles applicables aux médias… et aux candidats! Cette mission lui a été confiée par la loi du 30 septembre 1986. Le CSA s’appuie sur une délibération (délibération n°2011-1 du 4 janvier 2011).
  • Tout au long de la campagne le CSA s’assure que les règles sont respectées. Des règles d’équité entre candidats, et lorsqu’il s’agit du scrutin présidentiel, des règles d’égalité.
  • A mi campagne pour les régionales 2015, le CSA a constaté des déséquilibres. Des déséquilibres qui “ne pourront pas être résorbés tout de suite compte tenu des évenements tragiques du 13 novembre”. Le Conseil annonce qu’il en tiendra compte dans son appréciation du travail des médias. Il recommande donc aux médias de rattraper rapidement leur retard.

 

 

 

Valérie-Anne Maître

Arrivée à RCF Lyon en 2013, Valérie-Anne Maitre a été journaliste les années précédentes dans plusieurs rédactions RCF dans sa Franche-Comté natale. En charge des informations locales, elle est aussi très branchée sur l’actualité numérique et les réseaux sociaux n’ont pas de secret pour elle.