Laurent Wauquiez : un président pressé

Si Laurent Wauquiez a commencé par rendre hommage de façon très républicaine à ses adversaires battus et au président sortant, le nouveau patron de la région n’a pas caché son exaspération quant au protocole. “Il faudra qu’on voit comment fluidifier tout ça” a-t-il dit suite à la lenteur des votes.

Et de promettre aussi un passage rapide au vote électronique et à la dématérialisation. Il est vrai que Laurent Wauquiez a donné rendez-vous aux électeurs dans 100 jours pour un premier point d’étape. Le numéro 2 chez Les Républicains ne peut donc pas perdre de temps.

elections wauquiez
L’assemblée de la région a élu Laurent Wauquiez avec 113 voix sur 204

Un exécutif réduit…

Plus que l’élection – sans surprise – ou que les annonces faites – symboliques et attendues – tout l’intérêt de cette première réunion du conseil régional résidait dans la composition de l’exécutif. Fidèle aux propos tenus pendant la campagne, Laurent Wauquiez a présenté une commission permanente réduite à 62 élus et seulement 15 vice-présidences. D’ailleurs l’intitulé de ces vice-présidences nous apprend beaucoup sur les orientations politiques à venir.

… mais des compétences élargies

Le député Les Républicains Philippe Meunier, qui avait proposé d’armer les parlementaires après les attentats de Paris, hérite ainsi d’une vice-présidence à la sécurité, aux partenariats internationaux, à la chasse et à la pêche. Un portefeuille pour le moins original étant donné que la sécurité, la chasse et la pêche ne relèvent pas directement des compétences régionales.

Même surprise pour la vice-présidence de Martine Guibert. Cette adjointe au maire de Saint-Flour dans le Cantal, prend la charge des politiques sociales, de la santé et de la famille ; compétences hors du champ de la région.

Et l’opposition dans tout ça ?

La séance d’installation de l’exécutif ne se prête pas aux grands débats. Toutefois, les quelques prises de paroles de(s) opposition(s) à la majorité de droite permettent de se faire une idée des prochains échanges au sein de l’assemblée. A Cécile Cukierman le rôle de l’opposante active et intransigeante. L’élue communiste de la Loire a lundi obtenu une suspension de séance pour déposer un amendement logiquement rejeté quelques minutes plus tard.

Le Parti Socialiste par la voix de son nouveau leader, Jean-François Debat, s’est dit vigilant “à toute dérive populiste“. Le groupe formé par les élus du Rassemblement, qui a promis d’incarner une opposition dure, était hier plus actif sur les réseaux sociaux que dans l’hémicycle.

 

 

Avec ces 34 conseillers régionaux, le Front National espère bien faire entendre sa voix durant le mandat. Christophe Boudot a essayé de distribuer bons et mauvais points mais hier c’est surtout l’inexpérience des élus FN à la région (notamment le doyen Michel Dulac) qui a été remarqué suite à plusieurs approximations.

Julien Urgenti

Diplômé de l'ISCPA Lyon en 2004, il a travaillé depuis au sein de différentes rédactions en Guadeloupe et en Drôme-Ardèche notamment. Très attaché à sa ville natale, il fait son retour à RCF Lyon en septembre 2015 après un premier passage en 2012-2013. Passionné par la politique locale, le sport et le chocolat, Julien est le reporter de la rédaction.

Facebook
Facebook
Abonnement courriel
Flux RSS