Ces jeunes qui votent Front National

Quelques jours après le premier tour des élections régionales une étude réalisée par Ifop et Fiducial montrait que 65% des 18-24 ans n’ont pas voté. Et sur les 35% de jeunes qui ont glissé un bulletin dans l’urne ; 1 sur 3 a voté Front National.

Si l’abstention des plus jeunes n’est plus une information depuis longtemps, l’adhésion de cette classe d’âge aux idées du FN est une des surprises de ce scrutin. Pour mieux comprendre l’engagement de ces jeunes pour un parti d’extrême droite, nous avons rencontré un jeune militant de 18 ans. Dimanche, il a voté pour la première fois et il a voté Christophe Boudot. Avec enthousiasme.

“Le Front a toujours fait partie de ma vie”

Roch Simian est issue d’une famille militante de l’ouest lyonnais. Son grand père est un militant de longue date. Ses parents agriculteurs votent aussi Front National. Son grand frère lui a raconté ses rencontres houleuses avec les opposants au parti d’extrême droite, les difficultés à coller des affiches pour le FN il y a encore quelques années.

Le Front a toujours fait partie de ma vie” explique-t-il avant d’ajouter “et quand on s’intéresse un peu à la politique, qu’on se pose des questions sur son histoire, son passé et son identité, on s’aperçoit que le discours du FN est le seul à apporter des réponses.”

12341531_10153249112858085_4864207900712653387_n

Malgré son jeune âge, Roch Simian connaît et assume l’histoire de son parti. Les dérapages de Jean-Marie Le Pen y compris : “le “détail” de l’histoire, c’est une maladresse de langage ” admet-il du bout des lèvres. Le jeune homme, qui a arrêté ses études après quelques mois de sciences politiques à l’université Lumière Lyon 2, travaille aujourd’hui comme intérimaire. Son engagement politique ne lui a jamais posé de problèmes. “Au travail, les gens sont indifférents ou intrigués mais je n’ai jamais eu de problèmes“. Idem dans son lycée “à part quelques piques de professeurs“.

Après la région, la nation

Avant le deuxième tour Roch distribue des tracts, participe aux meetings et représente “les Jeunes Avec Boudot” devant les médias. Le jeune militant sait qu’une victoire de Christophe Boudot est peu probable ce dimanche.

Il a également conscience que la bataille des idées est sur le point d’être gagné par son parti politique.Aujourd’hui quand on va à la rencontre des gens sur les marchés on est rarement traité de fachiste ou de nazi. C’est l’indifférence qui domine ou bien les encouragements” confie le jeune homme dans un sourire. On le quitte en évoquant 2017. Il nous répond qu’après les victoires aux municipales et celles, peut-être à venir, des régionales, la présidentielle est plus que jamais à portée de main.

 

Il est né à Lyon en 1969, Christophe Boudot devient conseiller municipal de Limonest en 1995, réélu en 2001 avant de démissionner en 2007. C'est à cette date qu'il prend la tête de la Fédération du Rhône et devient secrétaire départemental du Front National. Elu en 2010 au conseil régional de Rhône-Alpes il intègre les commissions de l'agriculture et de la culture.  Depuis 2011 il est élu au comité central de son parti, et siège au bureau politique national. En mars 2014, Christophe Boudot est élu conseiller du 8e arrondissement de Lyon.

 

 

 

Julien Urgenti

Diplômé de l'ISCPA Lyon en 2004, il a travaillé depuis au sein de différentes rédactions en Guadeloupe et en Drôme-Ardèche notamment. Très attaché à sa ville natale, il fait son retour à RCF Lyon en septembre 2015 après un premier passage en 2012-2013. Passionné par la politique locale, le sport et le chocolat, Julien est le reporter de la rédaction.

Facebook
Facebook
Abonnement courriel
Flux RSS