Sport : quand la Région brille de l’or olympique

Dans quelques semaines, il y aura tout juste 10 ans qu’il décrochait l’or olympique. La plus belle des récompenses pour le skieur alpin Antoine Dénériaz. Champion olympique en descente à Turin (Italie) le 12 février 2006, le haut-savoyard a depuis (presque) raccroché les skis.

 

Glissman, ambassadeur de sa région

Aujourd’hui dans la station de Morillon, Antoine Dénériaz dispense ses conseils aux plus jeunes, dans le cadre de la Dénériaz Academy. Des élèves qui dépasseront peut-être un jour le maître, et monteront eux aussi sur le podium. 10 ans après son sacre, et malgré une blessure et la retraite, “Glissman” Antoine Dénériaz est aussi un vrai ambassadeur de la région Rhône-Alpes. Le sportif gère aussi sa marque d’accessoires de sport.

Il répond aux questions de Victor Vasseur, RCF Haute-Savoie.

 

La Team Rhône-Alpes pour les Jeux Olympiques

Et pour que les futurs champions se sentent vraiment encouragés, la région Rhône-Alpes a choisi de les aider. C’est la Team Rhône-Alpes, coachée notamment par Gwendal Peizerat. Aujourd’hui conseiller régional, le champion olympique de danse sur glace (2002) a revu les conditions d’attribution des aides. “C’est avant de partir aux Jeux que les sportifs ont besoin d’aide, pas tellement après“, explique-t-il.

 

Tous n’iront pas à Rio

Chaque sportif reçoit une bourse comprise entre 1 000 et 5 000 euros. Pour les JO de Rio (Brésil), l’été prochain, ils sont 69 sportifs soutenus par la Région.Il s’agit de 69 sportifs qui potentiellement peuvent être sélectionnés pour les Jeux, souligne Gwendal Peizerat. Tous n’iront pas à Rio.” Et l’aide régionale concerne les valides comme les participants aux Jeux paralympiques. D’une façon générale le dispositif est élargi aussi aux sports non olympiques mais représentatifs de la région. “Comme le vol libre ou le parapente.

 

Récompenser aussi les bénévoles des clubs

Le dispositif se veut efficace, pour éviter que les sportifs de haut-niveau ne cèdent aux sirènes parisiennes.C’est aussi pour éviter la démotivation des clubs qui voient partir leurs sportifs, confie Gwendal Peizerat. Cela permet aussi de récompenser tous les bénévoles des clubs, qui voient un jour à la télé leur sportif devenir champion.” Sport

 

Retrouvez ici l’interview intégrale de Gwendal Peizerat, avec Elise Moreau, RCF Lyon.

 

 

 

 

Valérie-Anne Maître

Arrivée à RCF Lyon en 2013, Valérie-Anne Maitre a été journaliste les années précédentes dans plusieurs rédactions RCF dans sa Franche-Comté natale. En charge des informations locales, elle est aussi très branchée sur l’actualité numérique et les réseaux sociaux n’ont pas de secret pour elle.